AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fiche d'élevage des cetonidae du genre Eudicella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Madscientist
Homo sapiens superior
Homo sapiens superior
avatar

Masculin Nombre de messages : 403
Age : 38
Localisation : Montreal
Emploi : Technicien en microbiologie
Loisirs : Entomologie, famille, jeux vidéo, science en général
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: Fiche d'élevage des cetonidae du genre Eudicella   Sam 17 Mar - 14:52

Fiche d'élevage des cétoines du genre Eudicella


Généralité

Je vous présente ici une fiche d'élevage pour les cetonidae du genre Eudicella. La même technique peut être employée avec de nombreux cetonidae, avec de simples petites variations du taux d'humidité et de la température pour simuler le milieux de vie naturel des spécimens. Le document vous présentera les différentes étapes menant à l'élevage réussi de ces animaux merveilleux.
Le substrat

Il s'agit fort probablement de l'élément crucial dans la réussite de votre élevage de cétoines. La confection du substrat demande très peu d'investissement si ce n'est de l'effort nécessaire pour y parvenir.
La première étape dans la confection du substrat consiste évidemment à se procurer les éléments nécessaire. Il vous faudra trouver deux "ingrédients" de bases. Le premier est de vieilles souches de bois dures pourries juste à point (le chêne est l'idéal, mais je fais de très beaux élevage avec de l'érable). De nombreux auteurs ont tenté de décrire par des mots mais rien ne vaut l'expériementation pour choisir le taux de pourrissement idéal. Disons, pour donner une bonne piste de départ, que le bois ne doit être ni trop dur, ni trop vieux: s'il est parsemé de champignons (bien qu'innofensif pour vos cétoines dans la plupart des cas) cela pourrait vous poser des problèmes. La bûche que vous choisirez devrait idéalement pouvoir être brisée à la main sans trop d'effort.
Le deuxième ingrédient consiste en une bonne ration de feuilles mortes. Elles ne doivent pas être sêches, les feuilles de l'année, en automne, n'ont pas le niveau de putréfaction souhaité. Pour choisir les bonnes feuilles, rien de plus simple. Vous enlevez la première couche de feuilles sur le sol de n'importe quelle forêt de feuillus (encore une fois, le chêne est mieux, mais de très bon résultat son possibles avec de l'érable), la couche noire de feuilles un peu compostées qui se trouve en dessous des feuilles sèches est exactement ce que vous recherchez.
Il convient ensuite de broyer les ingrédients pour les rendre comestible aux cétoines. J'utilise personellement une technique artisanal, une chaudière et une pelle, pour détruire mon bois en copeaux d'au maximum 1 cm³. Ce procédé génère aussi une sorte de poussière de bois qu'il convient d'ajouter au substrat. Pour les feuilles, je les broie à l'aide d'un taille bordure ("weedeater") et de ma bonne vieille chaudière. Il faut simplement remplir le seau à moitié, placer le taille bordure dans le contenant et actionner. Continuer l'operation jusqu'à l'obtiention d'une substance beaucoup plus semblable à de la terre qu'aux feuilles d'origines. Il ne reste plus qu'à mélanger les ingrédients dans des proportions qui ne font pas l'unanimité chez les éleveurs. Les normes passent de 50% feuilles /50% bois à 80% feuilles / 20% bois. Je crois personellement que pour qu'un substrat fonctionne, il doit simplement être assez fin, peu importe le ratio. Comme les feuilles sont plus facile à broyer, il est plus facile d'obtenir un substrat bien fin en abaissant le ratio de bois. J'utilise personellement environs 60%feuilles /40% bois avec succès. Le substrat ainsi obtenu ne doit pas être sec, mais il faut aussi veiller à ne pas avoir un surplus d'humidité (il ne doit pas être "mouillé", plutôt humide.). Je n'utilise aucun instrument spécifique pour contrôler le taux d'humidité dans mes élevages. Pour les espèces du genre Eudicella, il suffit d'écraser dans la main un peu du substrat pour en faire une boule. Si la boule de substrat se tiens mais s'effrite facilement, sans toutefois que vous ne puissiez en extraire la moindre eau, le taux d'humidité est probablement satisfaisant. Un substrat correctement humidifié au départ ainsi qu'un arrosage régulier dont la fréquence dépendra du taux de rétention de l'humidité de votre enceinte d'élevage est important pour assurer une hydratation adéquate des spécimens. La norme est d'un à deux arrosages par jour, mais peut descendre à une fois tout les deux jours dans une enceinte suffisament close. L'arrosage se fera à l'aide d'un vaporisateur (push-push). Si votre substrat est trop humide au départ, il est possible de le sècher en l'étendant sur une bâche exposée au soleil pour quelque temps. Dépendant du degrés d'humidité et de la température du moment, le séchage peut durer d'une a plusieur journées.
Comme les petites mouches qui se forment et autres "indésirables" sont intimement liés au substrat, je pense que cette section est toute indiquée pour aborder le sujet. Au cours de votre élevage de cétoines, vous serez probablement confrontés à de nombreux envahisseurs. Ceux que je vois en plus grande quantité sont sans contredit les petits centipèdes. Étant innofensifs pour les cétoines, je ne vois personnellement pas de raison justifiant l'investissement de temps afin de tenter (souvent de façon provisoire ou même vaine) de débarasser votre élevage de ces petites bêtes. Il en va de même des petits moucherons que vous rencontrerez dans vos élevages. Mais comme ces derniers sont bien plus désagréables pour l'éleveur que les centipèdes, il peut être d'une certaine utilité de tenter de contrôler l'invasion. La technique qui est la plus efficace, mais aussi la plus longue, consiste à changer une bonne partie du substrat dès l'apparition. Il s'agit par contre d'une procédure laborieuse et un contrôle serré semble plus indiqué. Pour ma part, je n'ai que rarement connu d'épisode de grande invasion de moucherons, mais lorsque cela se produit, l'aspirateur est l'idéal pour combattre l'envahisseur. Faites simplement attention si vous avez des imagos dans le terrarium pour ne pas en aspirer un par mégarde. Si le problème est d'étendue limité, l'installation de bandes collantes anti-mouches autour du terrarium devrait suffire. Évidemment, une bonne hygiène du terrarium vous évitera bien des désagréments.
Il est fort possible que vous croisiez de temps à autres de petits ou moyens coléoptères dans votre bac, je les considère personnellement comme de petits bonus que j'ajoute à ma collection...
Le substrat



Le stade larvaire

Voici venu le moment de parler de nos petites bêtes elles même. Chez les cetonidae, le stade larvaire est d'une durée assez variable dépendant du genre. Chez le genre Eudicella utilisé comme base pour la création de cette fiche d'élevage, il est d'une durée d'environ 20 à 24 semaines, grandement influencée par la température de l'enceinte d'élevage. Plus la température est basse, plus la durée du cycle sera longue. La température de prédilection dans les milieux d'élevage de cétoines se situe entre 20 et 24 degrés Celcius, facilement atteignable dans un environnement normal de maison sans chauffage spécial pour le terrarium, outre la lumière normale du terrarium. Il existe une école de pensée chez les éleveurs (à laquelle j'adère) voulant que plus on allonge le cycle larvaire, plus les imagos auront de chances d'être agréablement gros. Cette information est à prendre avec réserve puisque je n'ai pas en ce moment accumulé assez de données sur le sujet pour pouvoir la considérer fiable.
La cycle est divisé en trois stades distincs, divisé par les mues de la larve. Il n'y a que très peu de changement morpholoque entre les différents stade si ce n'est que de la grosseur du spécimen et de la coloration du dernier ségment qui devient de plus en plus prononcée. De plus, à partir du stade L2, il devient possible avec de petits efforts de distinguer sur le dernier segment des larves mâles un petit point chitineux appelé "organe d'Érold", rendant possible le sexage des larves.
Les soins à apporter aux larves sont des plus faciles. Il suffit de s'assurer que ces dernières aient suffisament de substrat pour pouvoir se nourrir et que le dit substrat ne s'assèche pas. Lorsque le substrat devient trop usé, il convient de le changer. Normalement, un litre de substrat suffira pour soutenir une larve pour la durée totale du cycle larvaire.
Cetains éleveurs conseillent d'ajouter au substrat une petite quantité de croquettes sèches pour chiens et des quartiers de pommes. La pertinance d'une telle opération sur la grosseur des futurs imagos laissant place à un débat entre les différents experts, et n'ayant pas testé moi-même la chose, je ne rapporte cette information qu'à titre anectodique.
À la fin de son cycle, la larves se confectionnera un "cocon" fait à partir du substrat et de sécrétion pour se chrysalider.
Larves au stade L1
Larve au stade L2
Larve au stade L3

Le stade nymphale

Voici un autre stade ne demandant que peu de soins. Lorsque les larves se seront chrysalidées à l'intérieur de cocon, il suffit de maintenir l'humidité du substrat pour voir ensuite émerger les imagos. Il convient aussi d'éviter plus particulièrement la prolifération de champignons et autres fungus lors du stade nymphale. Il faut éviter que l'intégrité des coques ne soit compromise par les champignons, ce qui entrainerait le pourrissement de la nymphe.
Si vous utilisez une enceinte de verre pour votre élevage (ce que je conseille ne serait-ce que pour cela, surtout si c'est votre premier élevage), il est plus que probable que certaines larves se serviront de la parroi de verre pour minimiser l'effort nécessaire à la confection de la coque. Vous obtiendrez alors une demi-coque collé contre la parroi et vous aurez la chance de tout observer, de la chrysalidation à la mue imaginale.
Il convient de ne pas trop déplacer les coques lors de ce stade. Si pour une raison ou une autre vous devez le faire, sachez que c'est prartiquement impossible pour les demi-coques sur la parroi. Pour les coques complètes, il suffit de prendre garde de remettre la coque environs sous la même épaisseur de substrat où vous l'avez trouvée et dans la même orientation.
Encore ici, la durée du stade dépend du genre de cétoines élevé. Encore chez le genre Eudicella, cette phase dure environ 6 à 8 semaines. Elle peut atteindre presque 4 à 6 mois chez certains gros Goliatinni.
Coques
Imago et larve dans une demi-coque

Le stade imaginal

L'émergence du premier imago dans un élevage est un moment qui est pour moi rempli d'émotion. C'est la concrétisation de plusieurs mois d'efforts et de soins. L'idéal à ce stade serait d'avoir une deuxième enceinte d'élevage pour les imago, pour éviter que ces derniers ne déplacent les coques de leur congénère lors de leurs fouissage. N'utilisant moi même qu'une seule enceinte, je peux vous dire que cela peut provoquer des pertes de façon beaucoup plus que théorique. C'est à ce stade que les bêtes demandent le plus de soin, bien que le temps nécessaire à leur prodigation reste somme toute limité. Il suffit encore une fois de savoir maintenir un bon taux d'humidité et aussi de nourrir les bêtes. Les aliments consommés par les imago sont des fruits tout simplement. Des fruits à la chair molle de préférence. J'utilise personellement de la banane, du melon et des kiwis avec succès. Placer les fruits dans une petite gamelle pour éviter de souiller le substrat avec le jus des fruits, ce qui pourrait rapidement mener à un problème de drosophiles. Pour des raion de salubrité et de prévention des drosophiles, mieux vaut changer les fruits au maximum après 72 heures. En été, tout les 24 heures ne serait sans doute pas superflus.
Si vous laissez tout vos imago mâles et femelles dans la même enceinte, vous n'aurez rien d'autres à faire pour assurer la reproduction de vos spécimens d'élevage.
Peut-être seulement ajouter une ou deux branches dans le terrarium, à la fois pour créer un décor et pour donner une bonne prise aux insectes lors des accouplements.
Imago mâle ( Eudicella gralli gralli)


Imago femelle (Eudicella gralli gralli)

Les oeufs

Pour assurer un rendement maximal de votre élevage, le substrat se doit d'être le plus fin possible. Que ce soit pour faciliter le fouissage des femelles vers le fond du substrat pour la ponte ou que ce soit pour faciliter la ponte en elle-même, cela fait l'objet de spéculations sur la plupart des forums d'éleveurs de coléoptères. Mais le fait demeure qu'un substrat fin assure à l'éleveur un rendement maximum.
Lorsque vous soupconnez les pontes d'avoir commencé, il devient primordial de ne pas déranger le substrat en aucune façons. Les oeufs sont petits et fragiles et une manipulation entrainerait à coup sûre leur mort.
Les oeufs mettant environ 2 ou 3 semaine à éclore, je conseil de ne pas chercher les larves avant environs deux mois après le début hypothétique des pontes. Vous vous assurerez ainsi qu'un maximum d'oeuf aient éclos et que les larves seront d'une grosseur suffisante pour que vous soyez capable de les détecter.
Les reproductions commenceront normalement environs une semaine après l'émergence du premier mâle (qui émerge habituellement un peu plus tard que les premières femelles) et les pontes environs une autre semaine plus tard. Encore une fois, les temps sont donnés en fonction du genre Eudicella ayant servi de base à l'élaboration de cette fiche d'élevage.
Conclusion

Lorsque l'on regarde la fiche dans son ensemble, on se rend bien compte que la pièce maîtresse d'un bon élevage reste le substrat. Il convient donc de prendre le plus grand soin dans sa confection. Il est fort possible en suivant les recommendations de créer un très bon substrat dès le premier essai, mais seule l'expérience permettra la confection d'un substrat vraiment exceptionnel, et donc l'élevage de spécimens de taille vraiment exceptionnelle.
Je finirai en ajoutant que nonobstant la quantité de travail demandé par l'élevage des cétoines ( que je considère quand même limité), le sentiment de réussite ammené par la première émergence compense grandement les efforts investis. Et que dire de l'illumination dans les yeux d'un jeune passionné lorsqu'après avoir eu vos pontes, vous lui proposez bien altruistement de lui offrir de quoi faire son propre élevage.
Je vous le dit, l'élevage d'insectes apporte des heures et des heures de plaisir pour tout les passionnés d'insectes de ce monde.

Fiche préparée et rédigée par Madscientist (aka Dany Brown)
Toute utilisation de ce matériel à des fins strictement personelles ou éducatives est grandement encouragée.
Si vous désirez utiliser une partie ou la totalité de ce matériel pour une utilisation publique, vous êtes prié de citer la source ainsi que le site d'origine de la fiche. Autrement, vous avez ma bénédiction pour propager cette petite pièce de savoir.

Amicalement, Madscientist.

_________________
Bienvenue sur sciencefreaks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sciencefreaks.easyforumpro.com
 
Fiche d'élevage des cetonidae du genre Eudicella
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» fiche d'elevage de Pantherophis guttatus
» Mon élevage de phasmes
» Sauvetage et élevage de tétards
» Conseils pour ma fiche d'explications sur le journal des lecteurs
» [Fiche de métier] Les Cost-Killers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Science Freaks par Madscientist :: L'entomologie :: L'élevage :: Les coléoptères-
Sauter vers: